Comment optimiser vos phases d’idéation avec la Méthode SCAMPER ?

Comment optimiser vos phases d’idéation avec la Méthode SCAMPER ?

Lorsqu’on cherche à améliorer, transformer ou faire une refonte d’un service ou d’un produit, nos habitudes et nos hypothèses peuvent restreindre notre créativité et notre capacité à innover. Afin de dépasser ce type de blocage, on peut utiliser la méthode SCAMPER pour nous aider à appréhender les problématiques sous une nouvelle perspective.

La méthode SCAMPER

La méthode SCAMPER est une technique de pensée qui remet en question le statu quo et aide à explorer de nouvelles possibilités.

SCAMPER est un acronyme qui met en évidence sept techniques de réflexion utilisant des questions et des idées ciblées et stimulantes pour stimuler la créativité et aider à trouver des réponses innovantes aux problèmes.

L’idée est de remplacer un élément par un autre pour provoquer un changement, une amélioration ou une innovation

Les questions à se poser :

  • Que puis-je remplacer pour apporter une amélioration?
  • Puis-je changer les règles?
  • Puis-je utiliser d’autres processus ou procédures?
  • Puis-je changer sa forme, sa couleur, sa rugosité, son son ou son odeur?

Exemples d’utilisation :

Le changement du matériel de la batterie des smartphones les a rendu plus léger.

La pensée créative consiste à combiner des idées, des produits ou des services sans rapport afin de créer quelque chose de nouveau et d’innovant

Les questions à se poser :

  • Quelles idées, matériaux, fonctionnalités, processus, personnes, produits ou composants puis-je combiner?
  • Puis-je combiner ou fusionner tel ou tel objet avec d’autres objets?
  • Que puis-je combiner pour maximiser le nombre d’utilisations?
  • Que puis-je combiner pour réduire les coûts de production?

Exemple d’utilisation :

La combinaison d’un appareil photo et d’un smartphone a changé la façon dont les consommateurs capturent leurs souvenirs.

L’idée est de placer sa problématique dans un autre contexte et de s’inspirer de ce qui se fait déjà ailleurs.

Les questions à se poser :

  • Quelle partie du produit puis-je changer?
  • Puis-je chercher l’inspiration dans d’autres produits ou processus, mais dans un contexte différent?
  • L’histoire offre-t-elle des solutions?
  • Puis-je adapter le contexte ou le groupe cible?

Exemple d’utilisation :

Initialement la fonction “lampe de poche” était une application sur l’iPhone, ensuite elle a été intégrée au smartphone pour améliorer le produit

L’idée est d’identifier ce qu’on peut modifier, accentuer ou minimiser dans notre idée, notre produit, problème, ou processus . Pour cela, il ne faut hésiter à faire l’exercice avec une partie ou la totalité du concept étudié.

Les questions à se poser :

  • Que puis-je agrandir ?
  • Que puis-je atténuer ou supprimer?
  • Puis-je augmenter sa vitesse ou sa fréquence?
  • Comment puis-je ajouter de la valeur ajoutée?

Exemple d’utilisation :

Apple publie régulièrement des mises à jour de son système d’exploitation pour améliorer les performances.

Il s’agit de trouver un autre usage ou application au concept évalué.

Les questions à se poser :

  • À quoi d’autre peut-il être utilisé?
  • Comment un enfant l’utiliserait-il? une personne âgée?
  • Quel autre groupe cible pourrait bénéficier de ce produit?
  • Y aurait-il d’autres utilisations possibles si je devais modifier le produit?

Exemple d’utilisation :

le Mcdo vend sa marque en développant un réseau de franchise alors que son marché initial est la vente des hambugers

L’objectif est d’arriver à éliminer, simplifier, réduire ou minimiser des parties de notre idée. En affinant et en simplifiant le concept, on peut ce focaliser sur ce qui est vraiment important.

Les questions à se poser :

  • Que puis-je supprimer sans modifier sa fonction?
  • Puis-je réduire le temps ou les composants, l’effort ou les coûts ?
  • Comment puis-je le simplifier?
  • Qu’est-ce qui n’est pas essentiel ou inutile?

Exemple d’utilisation :

En permettant au consommateur de se servir eux-mêmes, Mcdo économise les frais du service et se focalise sur la réalisation des produits

L’idée est de modifier, réorganiser ou inverser le produit ou le problème pour aboutir à des solutions originales et libérer de nos idées reçues.

Les questions à se poser :

  • Que puis-je réorganiser d’une manière ou d’une autre ?
  • Puis-je échanger des composants, le motif ou la mise en page?
  • Puis-je changer le rythme ou l’horaire?
  • Que ferais-je si une partie de votre problème, produit ou processus fonctionnait à l’envers?

Exemple d’utilisation :

Contrairement au restaurant classique, au Mcdo, le consommateur est invité a payé avant d’être servi

Source : 
L'Imagination constructive d'Alexander Faickney Osborn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

shares